AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Et voilà, le scénario a commencé! Il y a en ce moment quatre topics ouverts en cours.
Nous vous souhaitons de joyeuses fêtes de fin d'année - Le Staff de NMD
Notre Forum a ouvert ses portes en ce lundi 26 décembre. Bienvenue parmi nous

Partagez | 
 

 SPENCE&ANNABEL — Le jeu de la folie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


« Agent(e) du Doigt »
avatar

Annabel Lee


•• Arrivé(e) le : 27/12/2011
•• Participation : 135
•• Localisation : Belfast



MessageSujet: SPENCE&ANNABEL — Le jeu de la folie   Ven 6 Jan - 0:25





















Le Jeu de la folie










Spencer L. Andersen

Aujourd'hui est un jour comme les autres. Je me lève. Tout va bien. L'Andragorium. Comme tout les jours, à heure fixe, pour moi c'est à huit heures. Juste après la douche mais avant un bon petit déjeuner. Je suis entrée dans un quotidien répété. Dans une monotonie dont j'ai le bonheur de ne pas me plaindre. Merci à cette petite seringue miraculeuse! Grace à elle. Je suis telle qu'ils veulent que je soit. Aujourd'hui pourtant je pourrais être Annabel Lee. La jolie petite fille des multimilliardaires de la finance. Mais non. Je ne suis que l'Agent Lee. Et je vais aller faire ce qu'ils veulent que je fasse. Je suis un agent modèle. Une poupée barbie déguisée en flic. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui c'est sport. Parce que quand je ne suis pas en train de chasser les rebelles. Je pourchasse les rebelles. Et j'y prend mon pied. Ou du moins ils me laissent penser que je prend mon pied à ça. Alors moi je les crois. C'est bien plus agréable de se laisser porter. De les laisser régenter ma vie. Les laisser tout faire. Tout décider pour moi.

Je prend mon sac dans lequel j'ai mi le survêt, les chaussures et un débardeur, et je le balance sur mon épaule et hop, en direction du centre sportif. Je n'ai rien sur moi que mes affaires de sport. Pas d'arme. Pas d'uniforme ou de badge. Non rien du tout. Je ne suis qu'une simple habitante de Belfast. Qui va faire son sport. Et si je croisais un rebelle, ou une rebelle? Non je ne préférais pas y penser. Mon pas foulait le pavé avec frénésie pour enfin arriver à cet édifice qui n'a été que très peu touché par le tremblement de terre. Il n'y avait personne. La porte ne fermait pas. Il n'y avait rien à voler. Et je doute que les rebelles s'y retrouvent. J'ignore où ils sont ceux là. Mais on ne tardera pas à le trouver je n'en doute pas. Je posais mes habits sur un banc et me changeais. Il n'y avait personne. Alors aucun besoin d'être pudique. Et puis ce n'est pas comme si j'allais rester nue pour faire du sport.

Après plus de trois quart d'heure d'étirement et de coups de poing donnés dans un punching ball, je soupirais puis pris ma serviette pour éponger la sueur qui perlait sur ma peau. Je relevais mes cheveux en un chignon et fis à nouveau quelques étirement assise par terre pour détendre les muscles que j'avais utilisé intensivement. La porte qui s'ouvre me fit sursauter et je me retournais immédiatement pour voir la personne qui m'avait dérangée.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Rebelle Recherché(e) »
avatar

Spencer L. Andersen


•• Arrivé(e) le : 27/12/2011
•• Participation : 22
•• Localisation : Ça te regarde..?

•• Âge : 30


MessageSujet: Re: SPENCE&ANNABEL — Le jeu de la folie   Jeu 12 Jan - 1:24



















Matin. Il est tot... Il est toujours trés tôt de toute façon. Ou peut être qu'il se fait tard, ça fait un moment que je me suis levée, un moment... de toutes les manières au fond je ne dors pas. Mes nuits sont pavées de cauchemars que je n'ai pas envie de raconter. Non, mes nuits sont pavés de l'indicible. Les remords. Les regrets. Ce que je fus, ce qui a été. Qui pourrait croire que sous mes allures froides se cache une ame melancolique. PERSONNE. Et je n'ai envie que personne ne le croit. C'est tout. C'est fini. C'est bien assez comme ça.

Alors ce matin je traine dans les rues. C'est pas nouveau, ça m'arrive de temps en temps. Je ne sais pas vraiment où je vais. Aprés tout, je ne connais pas bien Belfast. Je vois juste une ville devastée. Peu de batiments tiennent encore debout. Peu de choses sont toujours la. Non. Je vois juste une ville... Qui tremble d'être une ville. C'est un spectacle desesperant si on y pense un peu. C'est affligeant. Et il n'y'a dans les rues que quelques errants aux visages mornes et vides. Le futur n'a rien d'enviable. Le futur est maudit je crois. Si on m'avait dit il y'a quelques années que le monde deviendrait ainsi, je n'y aurais pas cru. Je ne crois pas à ces choses la... On est dans un mauvais film d'anticipation je crois.

Je crois. Mais je m'en fiche. Ça n'a pas d'interet, je fais partie de ces gens qui marchent la tête vide et le regard perdue. Ce n'est pas dur de me confondre avec cette population qui prend le médicament. Je ne ressens plus rien. En apparence au moins. Et je ne sais toujours pas où aller. Il commence à y'avoir trop de gens, je ne sais pas. Peut être le soleil. Je rentre dans le premier batiment venu. Un gymnase ? Il n'y'a personne non... ? J'espere. J'ai pas vraiment le look de l'emploi. Enfin pas aujourd'hui. Je porte des vetements normaux. Mouais. Je cherchais juste... Un endroit ou m'abrit... Je sais pas pourquoi je suis entrée en fait. Ça se controle pas. Et je me fige, en me decouvrant pas seule. Oups.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Agent(e) du Doigt »
avatar

Annabel Lee


•• Arrivé(e) le : 27/12/2011
•• Participation : 135
•• Localisation : Belfast



MessageSujet: Re: SPENCE&ANNABEL — Le jeu de la folie   Lun 16 Jan - 20:14





















Le Jeu de la folie










Spencer L. Andersen

« mens sana in corpore sano » cette citation est on ne peut plus vraie. Et moi. Bon petit soldat, je la suit à la lettre. Pouf pouf un tour de salle. Pouf pouf une dizaine de pompes. On se croirait presqu'en camps militaire. Mais il fallait dire que j'étais allée à bonne école. Avoir John O'Brian comme tuteur. Comme mentor. Ça aide. Il est strict. Et m'a prise sous son aile. Moi le petit moineau aux ailes brisées. Cette autre personne que j'étais. Et que je ne veux plus jamais être. Il a fait de moi une personne glacée. Gelée. Qui n'a plus aucune émotion. Une personne insensible à la douleur. Une personne presqu'amnésique à cet événement douloureux de mon passé. Cet événement que même dans mes pires cauchemars je redoute. Cette mort d'un frère providentiel. Cette mort qui a tout détruit sur son passage. Réduit à néant ce qui restait de moi.

Et il a été mon sauveur. John. Je ne sais même pas s'il le sait. Peut être. Ou pas. A vrai dire, ça n'a pas d'importance. Comme un soldat à son roi, je lui voue allégeance, à lui. Et à Drake. Réfléchir à si ce système est bon, ou mal. Aucune idée. Il m'a sauvée. Il m'a construit une autre moi. M'a permis de m'envoler. Il a réparé mes ailes. Alors je volerais pour lui. Pour eux. Pour ce gouvernement pour lequel je n'avais aucun intérêt réel.

Le sport. Oui j'en avais bouffé. Je n'avais jamais réellement été une grande sportive. Enfin … plutôt fille gâtée. Fille à papa. Argent, fringues. Tout ce qui est superficiel. Et maintenant. Je me défoule. Je m'entraîne au tir. Encore maintenant même si je ne rate presque jamais ma cible. Parce que ça me détend. Parce que … je m'imagine toujours ce visage fantasmé. Son agresseur. Oui même sous Andragorium. Quand je dois passer à l'action. Quand je dois exécuter des gens. Que j'aie le choix ou que j'en aie l'ordre. Je ne vois que lui. Ce visage que je me suis inventé. Ce connard qui lui a pris la vie. Voilà peut être pourquoi je me défonce autant la tête dans le sport. C'est un moyen de compenser. De pallier à ça. Et puis … il y a l'Andragorium. Magique petite piqûre. Paradis artificiels.

La porte s'ouvre. Je sursaute et sans attendre me précipite sur mon flingue posé à quelques pas de moi. Sans regarder je le pointe vers l'intrus. Ou devrais-je dire … intruse. Les bras tendus, le doigt sur la gâchette, je ne ressentais aucune émotion. Ce n'était qu'un réflexe. Purement et simplement un réflexe. Intusion, voulait dire danger, et danger … voulait dire se défendre. Mais bon, elle n'étais pas un danger, non? Je baissais mon arme et m'excusais. « Hm ... pardon. »





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Rebelle Recherché(e) »
avatar

Spencer L. Andersen


•• Arrivé(e) le : 27/12/2011
•• Participation : 22
•• Localisation : Ça te regarde..?

•• Âge : 30


MessageSujet: Re: SPENCE&ANNABEL — Le jeu de la folie   Dim 12 Fév - 14:08



















Gymnase. Ca me semblait bien… Et puis il pleut, je sais pas… Je suis pas bien ce matin, je pense à trop de choses, j’ai la tête a trop d’endroits… Laissez moi juste le temps de m’abriter quelques instants ? De vivre, de souffler, d’etre … Ailleurs ? Mais voilà le gymnase n’est pas vierge de gens. Il y’a quelqu’un. Une femme. Belle femme d’ailleurs, je pourrais tomber pour elle… ? Tu réfléchis trop Spencer. Tais toi quelques instants. Je disais… ? Tu disais. On disait quoi ? Je ne sais plus hein… ? Je suis face a un flingue qui se baisse. Est ce que c’est un membre du gouvernement ? Sait elle que je suis une rebelle… ? Mon visage est il connu d’eux tous ? Est ce que… ? Mais qu’est ce que j’en sais de tout ça moi… ? Qu’est ce que je fais ? Qu’est ce qui se passe ? Pardon me dit elle, et je me fend d’un sourire. Il y’a tellement longtemps que je n’ai plus souris… C’est quoi un sourire déjà… ?

« Ca n’est pas grave… » Je gromele un peu. ça n’est jamais agréable de se retrouver face a une arme, surtout quand on a toutes les raisons du monde d’en avoir peur… ? Je suis armée moi aussi… ? Tu es sure ? Je ne sais pas. Trop de pensées déraisonnées dans ma tête. « J’voulais pas vous surprendre. Il pleut et .. C’est un lieu public. » Je sais, j’ai pas la gueule de l’emploi des gens qui viennent au gymnase. Pas que je ne suis pas athlétique… Mais je suis en jean chemise, c’est pas… Enfin, elle comprendra que c’est juste pour fuir la pluie, rien de plus nan.. ? Elle est jolie. Pourquoi j’ai envie de lier connaissance moi ? Aucune idée … Je soupire un peu.

« Spencer. » Et d’un geste un peu maladroit je lui tend la main. Peut être que je suis damnée. Peut être que je suis en train de livrer mon ame au diable. Mais le diable est séduisant. Et j’ai juste… Peut être que c’est dur de jouer les associales tout le temps non… ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SPENCE&ANNABEL — Le jeu de la folie   

Revenir en haut Aller en bas
 

SPENCE&ANNABEL — Le jeu de la folie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No More Drama ::  :: Centre Sportif-
Sauter vers: