AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Et voilà, le scénario a commencé! Il y a en ce moment quatre topics ouverts en cours.
Nous vous souhaitons de joyeuses fêtes de fin d'année - Le Staff de NMD
Notre Forum a ouvert ses portes en ce lundi 26 décembre. Bienvenue parmi nous

Partagez | 
 

 The Only Exception {Pv Helen R.}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: The Only Exception {Pv Helen R.}   Dim 1 Jan - 12:53


The Only Exception
starring Helen Regan & John O’Brian


Non loin du cimetière de Belfast, se trouvait une église… Ou du moins les ruines qui en restaient. Récemment le tremblement de terre avait mise à jour des souterrains secrets. Il avait faillit un seul regard pour découvrir que cela avait été la cachette des rebelles pendant tous ce temps. Et bien que John ait déjà fouillé les lieux, aujourd’hui, il était retourné. Parfois lorsqu’on découvre un lieu pour la première fois certaines choses nous échappent. Et c’est pour cela que John a décidé d’y revenir. Cette fois-si, seul. Pas besoin d’avoir des hommes près de lui. Il voulait essayer de trouver des traces, des indices ou encore essayer de se mettre à la place de Smith pour découvrir ou il a décidé d’installer leur nouveau repère.

Les pas d’O’Brian crispaient l’herbe, il marchait jusqu’à l’ouverture de la Cour des Miracles, l’ancien repère des rebelles. C’était dangereux de s’y aventurer. Le tremblement de terre avait détruit pas mal de passage et le risque que tout s’écroule reste énorme. Mais John qui ne craignait pas la mort et qui ne ressentait pas un seul sentiment de peur, ne tardait pas à s’y aventurer. Ici et là, il trouvait quelques objets qui étaient sans grande utilité. Des objets pour faire la cuisine, pour divertir les plus jeunes… Des objets sans aucune valeur. Il ramassait un livre, parcourait quelques lignes, avant de le glisser dans sa poche. On ne sait jamais, peut-être qu’un rebelle avait écrit quelques lignes dedans, des indications… Il en doutait, mais on ne sait jamais. Il continuait son chemin, mais très vite, il se retrouvait dans un cul sac. Le chemin sous terre s’était effondrée et un mur de pierres lui bloquait la route, il n’avait aucun autre choix que de revenir sur ses pas et de sortir de ce Labyrinthe. Il devait avouer que Smith n’était pas un con. Ces couloirs souterrains avaient été une excellente cachette, et John aurait encore pu chercher longtemps avant de les trouver. Mais cela indiquait également que Smith connaissait très bien Belfast, pour découvrir des tels souterrains, il faut quand même avoir une très bonne connaissance sur l’histoire de cette ville. Peut-être qu’à son tour John devrait s’intéresser à l’histoire de Belfast ? Question de savoir s’il y avait encore des lieux cachés à Belfast qu’il ne connaissait pas. En sortant, il continuait sa recherche, cette fois-ci autour de l’église abandonné. Il essayait de découvrir comment les rebelles rentraient et sortaient de cette cachette. Comment est-ce qu’ils avaient fait pour ne pas se faire découvrir par ses hommes. Et c’est alors qu’il remarquait une ombre à quelques mètres de lui. Il se stoppa et se retournait rapidement. Une civile ? Non… Cette silhouette… Il la connaissait, il n’avait même pas besoin de voir son visage pour la reconnaître.

« Enfin décidé à vous rendre, mademoiselle Regan ? »

Cela faisait bien longtemps qu’il ne l’avait pas revu. Et c’était tant mieux d’ailleurs, car les souvenirs de leurs baisers, de cette tendresse était toujours encré dans sa mémoire. Et il avait presque faillit tout avouer à Drake. Qu’est-ce qu’elle faisait ici ? Il lui avait dit que la prochaine fois qu’ils se rencontraient il n’allait pas être aussi aimable avec elle. Et c’était vrai. L’Andragorium qui coulait dans ses veines l’empêchait de ressentir de la tendresse à son regard. Elle était une rebelle. Sur ses gardes, il s’approchait d’elle.

« Qu’est-ce que tu fais ici, Helen ? »

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Dim 1 Jan - 17:17




    Tu ne devrais pas y retourner. C’est dangereux.

    Le conseil n’avait pas servi à grand-chose. Même s’il venait du grand chef des Résistants en personne. Helen était connue pour être une tête de mule qui menait ses affaires comme elle l’entendait. Alors, lorsqu’elle avait innocemment lancé qu’elle allait faire un tour à l’ancienne base des Rebelles, nombreux furent ceux qui le lui déconseillèrent. Trop dangereux. Trop de personnes du Doigt pouvaient y traîner dans le but de récolter des informations ou justement, d’attraper des Rebelles imprudents revenus sur leur ancien repaire. Mais Helen s’était contentée d’hausser les épaules. La nuit était tombée et elle n’était pas une débutante dans l’art de passer inaperçue. Etant l’ennemie public numéro 2, elle avait bien dû survivre pendant des années, aux nez et à la barbe du Gouvernement. Les derniers événements avaient semé le trouble dans la population et Helen comptait bien là-dessus pour réveiller ses concitoyens. Elle avait parlé quelque peu avec Smith de ses projets mais, pour le moment, l’heure était à la reconstruction. L’offensive viendrait plus tard. Elle avait été furieuse de voir comment le Commandeur avait manipulé l’opinion, annonçant son mariage prochain. Un moment de réjouissance, hein ? Ils ne savaient même pas ce que ce mot voulait dire. Elle les détestait. Tous. Tous ? Non… Une exception à la règle. Une écharde douloureuse s’était fichée dans son cœur depuis cette fameuse nuit et elle n’arrivait pas à s’en débarrasser. Elle n’en avait parlé à personne, naturellement. Elle ignorait comment Smith réagirait. Sûrement mal… Il vivrait certainement cela comme une trahison et Helen ferait tout pour qu’il ne l’apprenne jamais. Elle lui était fidèle, à lui comme à la cause. La jeune femme marchait d’un pas vif dans les rues désertes. Ses pensées s’égaraient vers ce fameux jour, ou plutôt cette nuit, où tout avait changé entre eux. Elle avait alors lu dans les yeux de John une tendresse –un amour ?- qui l’avait bouleversée. Ils s’étaient offert l’un à l’autre avant de redevenir ennemis au petit matin. Un jeune rebelle les avait surpris et John l’avait tué. Pas avant que le rebelle blesse Helen. Elle avait supplié John de fuir. Les Rebelles l’avaient trouvé blessée et elle avait prétexté qu’un agent du Doigt lui avait tiré dessus. On la soigna. On loua son courage.

    Le clac de ses talons résonnait dans la ruelle. Arrivée près de l’entrée des souterrains, elle s’immobilisa, observant les alentours. Personne. Très bien. Elle pénétra dans une cache dissimulée sous la végétation et marcha lentement dans les couloirs aux relents d’humidité. Elle sourit. Elle avait passé tant de temps ici. Il y avait beaucoup de souvenirs… De moments heureux, de complicité, comme de peines et de tourments. Laissant ses pas la guider, elle finit par entendre un léger bruit suspect. Se plaquant contre un mur, elle resta dissimulée dans l’ombre. Helen retint sa respiration. Cette silhouette… Elle l’aurait reconnu parmi des milliers. John… Que faisait-il ici ? Certainement en train de chercher des éléments pour retrouver la piste des siens. La voix du jeune homme la fit sursauter. Il l’avait vu. Bah… Elle s’avança doucement, sourire aux lèvres. Son cœur battait plus vite, bien qu’elle reconnaisse les effets de l’Andragorium sur John. Il serait parfaitement insensible et inhumain. Mais sa mémoire était intacte et, tout comme elle, il devait se souvenir de la nuit qu’ils avaient passé ensemble.

    J’ai bien peur que non, John.

    Elle s’avança, tournant autour de lui pour finir par lui faire face, le détaillant du regard. Cela faisait si longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus… Il n’avait guère changé. Toujours aussi beau, ce regard si froid ne pouvait effacer celui de tendresse qu’il lui avait un jour lancé. Elle s’amusait de la situation. Après tout, pourquoi en pleurer ? Elle passa un doigt sur la joue de John, son sourire mutin toujours accroché aux lèvres.

    Moi ? Je me promène. Je profite du bon air de la nuit. Et toi, John ? Que viens-tu faire ici ? Cherches-tu des traces qui me rappellent à ton bon souvenir ? As-tu tout oublié ?

    Oui, elle souffrait. Et en même temps, elle était ravie de le revoir, même si cela n’était absolument pas partagé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Dim 1 Jan - 19:49

D’un geste brutale, il repoussait sa main. Il ne supportait pas qu’elle le touche, qu’elle soit si près de lui. Une fois il avait laissé cette sorcière le toucher, de bien trop près, réveiller en lui l’homme. Plus jamais il ne la laisserait jouer son jeu de sentiments. D’autant plus qu’elle est une rebelle et que de ce fait, elle était donc une ennemie. Et elle était rusée, très rusée, trop rusée. Il ne la laisserait pas prendre le dessus, pas cette fois-ci.

« Ne me touche pas. »

Il la regardait. Comme toujours il n’y avait qu’elle et lui. Personne d’autre. Même pas un oiseau. Pas un seul regard, pas un seul témoin. Il la fixait du regard, elle avait cette attitude rebelle provocatrice. Mais elle était stupide si elle pensait réellement qu’il était ici pour elle, ou encore pour se souvenir de leur nuit passé ensemble.

« Ne te flattes pas trop, Helen. Tu n’es pas plus qu’un autre souvenir à oublier. »

Mensonge, lui-même le savait. Déjà si on le connaissait bien, si on le connaissait réellement, on devrait savoir qu’il ne voulait oublier aucun souvenir même les plus douloureux. Mais là était tout le problème, il se souvenait que très peu de son passé avant la guerre nucléaire, blessé, un gros coup sur la tête pendant la guerre avait causé une perte de mémoires. Temporaire il avait espéré, mais cela faisait déjà des années qu’il se souvenait que de très peu de choses. Donc rien que par la deuxième phrase il indiquait son mensonge, mais peu de chance qu’Helen inter voit ce mensonge, ou peut-être qu’elle l’entrevoyait mais d’une toute autre raison. Il l’observait un long moment, examinait chacun de ses gestes.

« Je suis ici pour tracer votre nouvelle petit repère. Et toi… T’es ici pour essayer d’effacer vos traces peut-etre ? »

Mais il ne lui laissait pas le temps de répondre. L’attrapant par les épaules, il la plaquait contre un des murs. Il n’y avait aucune douceur dans ses gestes.

« Mais maintenant que t’es ici… Tu vas peut-être me rendre les choses plus faciles, en me disant ou Smith se cache. »

Non aucun instant, il pensait qu’elle allait vraiment lui dire ou se cachait Smith. Elle était fidèle à Smith tout comme lui l’était à Drake. Mais lui faire comprendre qu’il ne comptait plus l’épargner, que son petit jeu de séductrice ne marcherait pas, plus, sur lui. Il approchait sa bouche de son oreille.

« Je t’avais pourtant prévenu de ne plus te montrer sur ma route…. »

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Dim 1 Jan - 23:43

    Elle ne s’attendait pas à grand-chose de cette rencontre. A dire vrai, elle avait espéré pendant longtemps le retrouver au détour d’un rue. Mais elle devait avouer que maintenant, elle était décontenancée. Fallait-il tout oublier et tirer un trait sur le passé ? Contrairement à John, la drogue n’aidait pas Helen à le faire. Elle vivait toujours les choses intensément, ressentait et éprouvait. Chose qu’elle revendiquait toujours. Elle préférait souffrir que de ne plus ressentir. Mais elle admettait en son for intérieur que c’était dur. Dur de tirer un trait là-dessus. Pourquoi avait-elle dû tomber amoureuse de son pire ennemi ? C’était tellement injuste… Et elle savait qu’elle était plus faible que John. Faible de part ses sentiments. Vraiment ? N’était-ce pas une force que John ne pouvait avoir ? La force de l’amour déplaçait des montagnes… Elle avait tendu la main vers lui mais n’avait pas été étonnée qu’il la repousse avec froideur. Sous l’emprise de la drogue, il n’y avait aucune raison pour qu’il l’accueille autrement. Dissimulant à la perfection la peine que ce geste générait chez elle, Helen sourit davantage.

    Je t’ai connu plus chaleureux…

    John ne la quittait pas des yeux mais bien sûr cela n’avait rien avoir avec une quelconque attirance. Helen se demandait pourquoi il était là. Elle se doutait que la confrontation allait être brutale. Elle espérait autre chose mais elle savait que John n’était plus lui-même. Elle ne lui donnerait le plaisir, si on pouvait dire, de voir la peine sur son visage. Helen reposa sa main le long de son flanc, ne quittant pas John du regard.

    Un autre souvenir, John ? J’espère que c’est un souvenir heureux.

    Elle n’aurait su dire si John mentait ou non. Elle espérait qu’il mentait… La jeune femme restait parfaitement stoïque mais on pouvait voir une légère contraction animer sa joue.

    Effacer nos traces ? Quand vous avez investi notre ancien repaire, vous avez tout nettoyé. Non, je me promène simplement.

    Helen se tenait toujours face à lui quand soudain, John l’attrapa brutalement par les épaules. La jeune femme, surprise, n’eut guère le temps de faire quoi que ce soit. Il la plaqua violemment contre le mur. Helen sentit son souffle coupé et accusa le choc. John lui lança alors qu’elle lui donnerait le lieu où était Smith. Un sourire provoquant s’afficha sur les lèvres d’Helen.

    Tu sais pertinemment que je ne te dirai rien. Même si tu peux être très persuasif…

    Helen resta immobile tandis que le visage de John se rapprochait du sien. Cela lui rappelait quelque chose… Il lui murmura qu’il l’avait prévenu de ne plus se mettre sur sa route. Helen ferma les yeux et des souvenirs traversèrent sa mémoire. La peau nue de John, sa douceur, son corps collé au sien. Elle sourit de plus belle. Avec rapidité, elle tourna la tête, attrapant les lèvres de John entre les siennes. Ce n’était pas un baiser. Les dents entamèrent la chair tandis que le sang perla dans la bouche de la jeune femme. Elle relâcha la pression. Quelques gouttes tachaient à présent de pourpre ses lèvres pulpeuses.

    Tu te souviens, John ? Tu te souviens, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Lun 2 Jan - 12:09

Il la fixait et l’observait, elle gardait son sourire mesquin sur son visage. Un souvenir heureux ? C’était quoi déjà le bonheur ? Etre heureux ? Mauvais ou bon souvenir… Au fond elle était un peu les deux. Mauvais parce que c’était une trahison à toutes ces convictions et heureux… Parce que cela avait quand même été un moment agréable et qui restera griffé dans sa mémoire. Il ne répondit pas, laissant le silence prendre place avant de parler du repère des rebelles. Ainsi elle ne faisait que de se promener hein…

« C’est dangereux de se promener… Cela va te couter ta liberté un de ces jours. »

Oui, quand on joue avec le feu on se brûle. Et à force de vagabonder dehors, à le narguer, lui et ses hommes, elle allait tôt ou tard se faire prendre. Si ce n’était pas par lui, ça ne serait pas un autre. Mais John comptait bien ne pas la laisser s’échapper. Il l’avait attrapé brutalement et plaqué contre le mur. Elle refusait de dire ou se cachait Smith.

« Un de ces jours, je vais finir par le trouver et tu ne pourras plus le proteger. »

Peut-être que si il aurait ressenti des sentiments qu’il aurait été jaloux, jaloux de cette loyauté qu’elle portait à un autre homme. Heureusement ce n’était pas le cas, l’Andragorium faisait bien son travail. Mais c’est alors que la rebelle se montre sous un autre jour. Si on était encore au moyen âge, une femme telle qu’Helen serait vu comme une sorcière. C’était une manipulatrice hors pair et une vraie diablesse. Saisit par la réaction d’Helen, John portait sa main vers sa lèvre. La garce l’avait fait saigner. Dans un reflex il s’était reculé d’elle et avait lâché son emprise sur elle. Ses paroles n’avaient vraiment que très peu d’intérêt. Bien sûr qu’il se souvenait, comment ne pas se souvenir. Mais c’est sans intérêt. Se souvenir de quoi ? Qu’elle avait réussi à le faire trahir Drake ? Qu’il allait se faire pendre haut et court si jamais il l’apprenait ? Ou est-ce qu’il devait se souvenir de la violence et de la passion qui avait habité son cœur ? D’aucun de ses trois il voulait se souvenir.

« Tais-toi. »

Il goutait son propre sang et la fixait du regard. Est-ce qu’elle pensait vraiment qu’il allait la laisser s’échapper ? Il fit un pas dans sa direction, l’observant, l’examinant, prête à la repousser si jamais elle l’attaquait, prête à l’attraper si jamais elle essayait de s’échapper.

« Tu ne te rends même pas compte de ce que tes sentiments te font faire, comment tu te comportes.. »

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Lun 2 Jan - 14:58

    Elle se demandait comment tout cela allait finir. Mal, certainement. Mais au moins, elle ne reniait pas ses sentiments, à défaut de ne pas renier son camp. Elle s’en voulait un peu de ce qu’il s’était passé. Smith ne devait jamais l’apprendre. Jamais. Il ne lui accorderait plus sa confiance. Et ça, Helen ne pourrait pas l’accepter. Comme elle ne pourrait pas rejeter les sentiments qu’elle éprouvait pour John. Cruel dilemme… Elle avait bien tenté de l’effacer de sa mémoire, de l’oublier, définitivement. Et elle y était presque arrivée. Cela faisait plusieurs longs mois qu’ils ne s’étaient pas vu. Mais il suffisait de le voir à présent pour que toutes ses bonnes résolutions fondent comme neige au soleil. Helen continuait d’observer John. Elle savait que l’Andragorium n’effaçait pas la mémoire. John avait donc en mémoire chaque geste, chaque caresse qu’ils s’étaient échangés. Elle ignorait en revanche de quelle façon il se les remémorait. Etaient-ce simplement des souvenirs flous, comme provenant d’un autre ? Ou des images dénuées de sentiments ? Son absence de réponse poussait Helen à considérer plutôt le contraire. La remarque de John sur les promenades la fit sourire.

    Que veux-tu. Quand on est courageux, on fait des choses qui peuvent paraître folles… surtout à ceux qui ne ressentent plus rien.

    Helen savait que John ne la laisserait pas partir. Pas avec l’Andragorium coulant dans les veines. Elle restait sur ses gardes, prête à s’enfuir quand la possibilité viendrait. Elle aimerait le convaincre de ne pas prendre sa dose, l’heure n’en étant plus très loin. Mais elle se doutait qu’elle ne lui referait pas le même coup deux fois. Le dos plaqué au mur, elle s’était contenté de l’observer d’un œil goguenard, par pure provocation. Elle aurait donné cher pour éclater cette satanée ampoule qui devait être dans la poche de John. Elle éclata de rire à la remarque de John concernant Smith.

    Ne sois pas ridicule, John. Jamais tu ne trouveras Smith. Il est beaucoup plus malin que tu ne le seras jamais.

    Par la suite, Helen avait violemment mordu la lèvre du jeune homme. Apparemment, elle avait fait son petit effet, John recula en se tenant la lèvre. Elle était libre. Mais elle ne pouvait toujours pas s’échapper. Elle en profita pour s’avancer vers lui et ce fut elle qui attrapa ses épaules, sans violence mais avec force.

    Me taire ? Pourquoi ? Pourquoi me tairai-je ? Tu as peur ? Tu ne peux rien ressentir mais pour quelle raison ne veux-tu pas te rappeler de ce que nous avons éprouvé l’un pour l’autre ? Ce que tu as ressenti dans mes bras, tu le ressens toujours ! La seule différence, c’est cette drogue qui inhibe ce qui est naturel ! Oses-tu soutenir que tu n’étais pas heureux contre moi ? Pourquoi t’empêches-tu de ressentir quelque chose qui te fais autant de bien ?!

    Elle le fixa avant d’ajouter.

    Je sais très bien ce que je fais.

    Elle avait toujours les mains sur ses épaules quand, brutalement, elle frappa contre les cuisses de John, au niveau de ses poches. Elle sentit un craquement. L’ampoule d’Andragorium, elle espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Lun 2 Jan - 16:47

Le courage disait-elle? Cela n’était pas ainsi qu’il qualifierait l’attitude de la belle rebelle. Courir dans les rues, sachant que notre tête est mise à prix… Et surtout se promener sans un but spécifique… Ce n’était pas le courage, c’était tout bonnement stupide.

« Je pense que tu devrais revoir la définition du courage. »

Tout le temps les piques sur les gens qui n’éprouvent pas… Pourquoi était-elle tellement bornée à croire que c’était une mauvaise chose ? Et Smith était plus malin que lui hein ? Un faux sourire s’affichait sur les lèvres d’O’Brian.

« Peut-être… mais tôt ou tard il se fera attraper. Même si je n’arrive pas à le coincer, je suis sure que tôt ou tard, un de tes amis va finir par craquer… A la torture ou à des promesses… Peu importe, tôt ou tard, il y aura un qui finira par cracher le morceau. Et alors… je serais là pour faire tomber Smith. »

Oui, tôt ou tard, il y aurait bien un rebelle qui crache le morceau, qui succombe. Ce n’était qu’une question de temps. Elle finit par lui mordre la lèvre et sur le coup de la surprise il la lâchait. Il aurait mieux vu venir un coup de pied ou un poing que ça. Et ça fut à son tour de s’approcher de lui. Posant ses mains sur ses épaules, John reculait de quelques pas. Pourquoi est-ce qu’il demandait qu’elle la ferme ? Pour la meilleure raison que si quelqu’un les entendait, ils étaient tous les deux morts. Mais ça la rebelle ne semblait même pas se réaliser. Il la repoussait violement. Il ne voulait pas l’avoir aussi près de lui.

« C’était que des hormones qui travaillaient. Tu m’as séduit alors que j’étais au plus fiable de moi-même. Arrête d’y voir quelque chose qui n’y est pas. Je déteste les sentiments. Ça nous fait faire n’importe quoi. Les guerres j’en ai vu assez dans ma vie, j’ai déjà perdu assez de choses à cause de ca. J’ai vu beaucoup trop d’innocents souffrir… Et maintenant qu’il y a une certaine paix dans le monde, il faut que vous vous rebeller. N’as-tu donc pas marre de voir du sang partout ? Quoi que non… J’imagine que c’est ce que tu veux, que c’est ce que tu aimes. »

Non, il avait déjà trop de souffrance dans sa vie pour vouloir ressentir à nouveau tout ca. Par la suite, elle frappait dans les poches de John, brisant la fiole d’Andragorium. Et créant un grand soupir chez John.

« Et maintenant… Tu comptes faire quoi ? Attendre des heures avant que l’Andragorium sort de mon système ? »

Il sortait la fiole cassé et la jetait à terre. Pour l’instant il n’avait pas vraiment besoin de se réinjecter sa dose. Y avait encore assez d’Andragorium dans son système pour la capturer et l’amener au labyrinthe avant d’avoir le besoin de reprendre cette dose.

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Mar 3 Jan - 0:51

    Helen tentait de ne rien montrer vis-à-vis des piques que lui lançait John. Sa froideur la blessait, bien sûr. Mais elle n’en tenait pas compte. Ce qu’elle faisait, ce n’était même pas pour le convaincre de venir de son côté ni lui faire changer d’avis. Elle avait bien compris que c’était peine perdue. Mais elle n’arrivait pas à l’oublier et, s’il y avait un maigre moyen de le garder à ses côtés, elle ferait tout pour que cela arrive. Elle l’aimait, malheureusement et ne pourrait rien y faire. C’était cruel mais c’était comme ça. La question, abrupte, fusa de ses lèvres avant qu’elle puisse y réfléchir à deux fois. Elle donnait vraiment le bâton pour se faire battre.

    Je ne représente rien pour toi ? Une erreur ?

    Il ne fallait pas tenter le diable mais elle n’avait pu se maîtriser. Elle se mordit la lèvre. Elle allait probablement le regretter. La froideur de John à l’égard de Smith laissait voir sa détermination. Cela n’étonnait pas Helen. Cela devait être l’objectif principal du chef du Doigt, éradiquer la résistance en capturant son chef. Elle sourit en secouant la tête.

    N’essaye pas de me vendre tes salades, John. Vous êtes aux abois parce que, malgré le nombre de résistants que vous attrapez, aucun n’a vendu la mèche à propos de Smith ou de notre repaire. Et tu le sais pertinemment. Alors épargne-moi tes conneries, tu veux.

    Elle avait tenté de le saisir par les épaules, de le secouer comme s’il pouvait reprendre conscience ainsi. La réaction avait été vive. Il l’avait repoussé férocement. Elle se maîtrisa une fois encore. Elle ne voulait certainement pas lui jeter en pâture sa peine. Helen était une femme forte et surtout une femme fière. Un sourire s’étira sur ses lèvres.

    Tu détestes les sentiments ? Il n’y a pas une erreur dans l’énoncé, là ? Détester, c’est déjà ressentir des sentiments, je te signale. Et je ne savais pas que l’Andragorium rendait hypocrite à ce point. Ce n’était pas que les hormones, et tu le sais. Mais je suppose que tu refuses de l’admettre, ce serait trop dangereux pour toi de reconnaître que tu as pu éprouver quelque chose pour moi.

    Elle fit une légère pause avant de reprendre.

    Qu’est-ce que tu crois ? Que tu es le seul à avoir souffert ? A avoir vu la guerre et perdu des êtres chers ? Mais réveille-toi, bon sang ! Au lieu de voir ton petit nombril, essaye d’imaginer que des humains peuvent avoir un avis différent du tien sans être des personnes abjectes. J’admets que c’est difficile pour quelqu’un à qui on a répété que les rebelles était le diable et qui s’obstine à répéter bêtement ce qu’on lui a appris.

    La remarque de John sur le fait qu’elle aime voir le sang couler lui cloua le bec. Elle cracha avec hargne :

    Tu n’es vraiment qu’un minable de prétendre ça.

    La fiole d’Andragorium brisée, Helen réagit avec rapidité. Elle se jeta vivement derrière un buisson qui dissimulait en réalité un passage. Elle s’y engouffra. De deux choses l’une, soit John renoncerait à la poursuite et elle serait tranquille, soit il la suivrait et elle s’arrangerait pour le perdre pendant suffisamment de temps dans le labyrinthe des souterrains. Il lui faudrait choisir alors entre elle ou l’Andragorium.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Mar 3 Jan - 13:39

Ce qu’elle représentait pour lui? Il la fixait du regard, il rêvait ou elle semblait s’attacher à lui un peu trop ? De toute manière John ne savait pas ce qu’Helen représentait à ses yeux. Et pour être franc, il ne voulait pas trop le savoir. Donner à cette vipère plus d’importance n’allait que le plonger encore plus profond, et ce n’était pas toujours facile de ne pas se noyer avec Drake.

« T’es l’ennemie numéro 2, une rebelle à capturer, voilà ce que tu représentes dans mes yeux. Pas plus, pas moins. »

Il lui faisait de la peine ? Il n’en avait rien à faire. De toute manière, si elle souffrait, c’était sa propre faute et volonté. Elle qui souhaite tout le temps se rebeller contre tout et n’importe qui. Est-ce qu’elle pensait véritablement que Smith était mieux que Drake ? John savait peu de choses sur l’homme qui se nommait Smith, mais assez pour savoir qu’il avait été un tueur à gage autre fois. Et toi au tard, il arriverait à le coincer. Depuis quatre ans, depuis la création de cette résistance inutile ils avaient réussi à obtenir rien… A part des morts inutiles… Et les choses ne semblaient pas être sur le point de changer.

« Alors, vas-y dit-moi ton utopie à toi. Smith au pouvoir ? Tout le monde peut s’aimer et se détester ? La haine et l’amour marchant main dans la main, des prisons remplissent de criminels, des viols, des rues remplissent de danger… C’est ça ton monde parfait à toi ? »

Il ne prétendait pas que le gouvernement actuel était la perfection, mais au moins les rues étaient surs, personnes se faisaient violer, ou tuer en marchant dans les rues. Et ça, c’était déjà un grand pas en avant. Aux paroles d’Helen, un bref sourire apparaît sur les lèvres de John. Secouant doucement sa tête, ses rebelles prétendaient le connaître, mais est-ce que c’était réellement le cas ? Même le petit frère de Drake ne voyait pas plus loin que son nez. Peu de gens voyaient plus loin que leur nez. Il n’était pas le petit soldat parfait qui récitait les choses qu’on lui avait appris et il obéissait encore moins dans un claquement de doigt comme un chien. Mais que tout le monde croit ce qu’ils veulent, il n’allait pas contredire tout ca. D’ailleurs cela lui convenait parfaitement que tout le monde le pense si dévoué à Drake. Un minable ? Deuxième sourire… Si c’était l’opinion qu’elle se faisait de lui.

« Si c’est ce que tu penses de moi… pourquoi veux-tu tant essayer de me ranger de ton côté, dans ton monde de sentiments ? »

La fiole d’Andragorium brisé, la jeune femme lui échappait. Une injure et il se mit à sa poursuite. Il voulait coute que coute la ramener au Labyrinthe. La prouver et aussi le prouver à lui-même que cette femme n’avait aucun pouvoir sur lui.

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Mer 4 Jan - 22:10

    Helen avait frémi en entendant la réponse de John. Elle ne représentant qu’une cible à éliminer ? Elle se contint, refusant de montrer les sentiments qu’elle éprouvait. Elle savait que John ne savait pas ce qu’il disait. S’il avait ressenti quelque chose pour elle, ce n’était certainement pas maintenant qu’il allait le reconnaître. Ne comprenait-il pas qu’elle cherchait simplement à le revoir en fouillant ces souterrains ? Bien sûr, elle ne comptait absolument pas le lui dire. Encore une raison supplémentaire de paraître faible à ses yeux, non merci. Elle s’était contentée d’affirmer se balader. De toute façon, se dévoiler ne servirait à rien. Il la repousserait. La tirade de John sur son utopie avait fait sourire Helen.

    Tu ne comprends absolument rien. Mon utopie n’est absolument pas que Smith arrive au pouvoir. Je veux juste vivre pour ce que je ressens. C’est aussi vital que de respirer ! Et privé de tristesse, privé d’amour, le souffle n’est qu’une horloge qui égrène les heures… Pourquoi est-ce que tu es en vie ?? Donne-moi le but, John ? Ca tourne en rond ! Tu vis pour continuer ton existence et servir la Tête. Sans sentiments, nous n’avons pas de raison de vivre !! Nous ne serons que des coquilles vides. C’est exactement ce que tu es devenu.

    Enfin, il lui posa la question. Pourquoi voulait-elle le convaincre… Elle eut un sourire triste. Elle finit par cracher le morceau, d’une voix douce, presque assourdie.

    Je n’essaye pas de t’attirer dans mon camp, John. Tu ne penses pas comme moi, à mon grand regret. J’essaye juste de nous donner une chance. Une maigre chance. Je me contrefiche de ce que tu peux penser de la Résistance.

    Assez surprenant, non ? Mais elle savait, une fois la fiole brisée, qu’il n’était plus temps de bavarder. Elle s’était jetée dans une des caches qui conduisait au souterrain. Elle connaissait ce labyrinthe comme sa poche, contrairement à John. Elle savait intuitivement qu’il ne la laisserait pas s’évader. Il voudrait la rattraper. Mais si elle arrivait à le perdre dans ces tunnels pendant une bonne heure, les effets de l’Andragorium s’estomperaient. Ce qu’elle en espérait ? Retrouver l’homme qui l’avait serré dans ses bras avec tant de tendresse et qui l’avait possédé avec tant de passion. Rien de plus. Rien de moins.

    La respiration haletante, elle tourna à droite, aussitôt à gauche puis continua tout droit dans une grande ligne droite avant de tourner sur sa gauche. Elle entendait les pas de John qui la suivaient. Elle avait la nette impression que le son diminuait. Il devait hésiter à chaque embranchement pour la suivre. Il était donc plus lent qu’elle. Elle sourit. Une bonne demi-heure de poursuite continua, Helen virevoltant dans le labyrinthe, elle parlait de temps en temps, le souterrain faisait résonner sa voix qui semblait provenir de tous les coins à la fois.

    John… Pourquoi fais-tu ce métier ? A part par loyauté envers Drake, je veux dire.

    Sa voix n’était qu’un murmure, impossible à localiser. Elle gardait les yeux fixés sur sa montre, restant constamment en mouvement pour que John ne puisse pas la trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Jeu 5 Jan - 10:54

Le but de la vie était pour elle de ressentir? Il secouait la tête, encore une fois il n’était pas d’accord avec elle. D’ailleurs il se demandait s’il y avait vraiment une raison de vivre, est-ce que leur existence avait un but ? Beaucoup de gens avaient cherché cette réponse, mais personne ne l’avait trouvé. Alors à quoi bon qu’il essaie de trouver un but ?

« Dit moi donc le but d’un loup ? Ou trouves-t-il son but de vivre ? Ou encore l’écureuil ? Prend n’importe quel animal… Et même l’être humain, avec sentiments n’a pas un but réel. Ressentir ? Souffrir ? Faire mal aux autres ? Ou encore aimer pour souffrir par l’absence à la mort ? Quel but merveilleux… »

C’était du sarcasme pur et dur, mais c’est ce qu’il pensait. Un but qui n’avait pas vraiment un intérêt aux yeux de John. Quant à son propre but, c’était simple.

« Je suis ici pour protéger. »

Que ca soit Drake, ou tout bonnement ceux qui ne savaient pas se protéger. Il ne tirait certainement aucune satisfaction de sauver des vies ou encore d’arrêter les gens, mais il était un homme de morale. Et faire ce qu’il jugeait bien, était tout ce qui l’importait. Lorsqu’elle parlait de la raison pourquoi elle n’avait toujours pas tenté de le tuer, il comprit ce qu’il savait déjà depuis longtemps. Ressentir cause des faiblesses… Et il semblait bien qu’Helen était attachée à sa personne. Une grande erreur, sans aucun doute. Car il n’y avait pas de ‘eux ‘ et il n’y en aurait jamais. Mais la discussion fut coupée court lorsque la rebelle s’enfuit en direction des souterrains. John la suivait. Il voulait la ramener aux cachots, au Labyrinthe, près de Drake. Il n’allait pas encore une fois la laisser s’enfuir. Trop de fois il lui avait laissé la vie et la liberté. Aujourd’hui, ce soir, cela allait être différent. Mais au plus qu’il tentait de la rattraper, au plus qu’il se rendait compte qu’elle l’amenait peut-être dans un piège. Il était seul, n’avait pas pris des agents avec lui, et si elle l’amenait droit vers un piège… Est-ce qu’elle en était capable ? Oui, sans aucun doute. Il ralentit.

« Parce que c’est là ou est ma place. C’est la seule chose que je sais bien faire… Battre et protéger. »

Avant Belfast, il avait été un soldat. Il n’avait connu que le sentiment de battre et de défendre. A croire qu’il ne savait surement rien faire d’autre. Mais c’était le seul métier ou il avait eu l’impression de pouvoir aider, de pouvoir changer un peu le monde. A la rencontre de Drake, les choses s’étaient tout simplement illuminées. Drake voulait changer le monde et John aussi. Alors cela avait été tellement logique qu’il aillait l’aider.

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Ven 6 Jan - 23:38

    Helen avait simplement rétorqué à sa remarque sur le loup et l’écureuil :

    L’être humain est sensé être légèrement au dessus du règne animal. Et un loup, comme un écureuil ressent la peur, l’excitation.

    Elle trouvait les propos de John tellement lâches. C’est vrai, il était tellement plus facile de ne rien ressentir plutôt que de s’attacher à quelqu’un qu’on va devoir perdre un jour. Pour elle, le choix de l’Andragorium était vraiment le choix de la facilité. Plutôt que d’essayer de canaliser ses sentiments et de les réfréner, les gens capitulaient et préféraient tout supprimer. John asséna qu’il était ici pour protéger. Protéger ? Helen avait alors souri. Protéger Drake. Protéger Belfast. Pas protéger le peuple. Protéger l’institution qui l’opprimait. Elle ne pouvait résister et demanda :

    Que fais-tu de la liberté de choisir ? Tu trouves ça normal qu’on soit obligé de prendre cette drogue, sous peine de finir dans le Labyrinthe avec la fin que l’on connaît ?

    Elle s’était enfuie, naturellement. L’idée était simplement que cette fichue drogue quitte le corps de John. Ne serait-ce qu’un instant, elle voulait retrouver l’homme qu’elle aimait malgré elle. Sentir ses bras puissants se refermer sur elle. Elle souffrait. Et ce n’était pas prêt de s’arrêter. Courant dans les souterrains, elle ne s’arrêtait que pour se décider sur la route à suivre. Il était clair. Elle continuait de lui poser des questions, de le tester. Rien qu’au son de sa voix, elle saurait le moment où il n’aurait plus d’Andragorium dans le sang. Et là, elle pourrait enfin le retrouver. Elle espérait réussir mais elle n’avait aucune certitude. Elle eut un sourire taquin en entendant que John ne savait que protéger et battre. Elle murmura, sa voix amplifiée par l’écho, résonnant dans le silence :

    Tu oublies aimer, John. Tu le fais très bien.

    Un rire cristallin termina sa phrase. Elle se mit à courir, le souffle court. Encore un bon quart d’heure. Les premiers effets de la fin de la drogue devaient se faire sentir. Elle tourna à droite et aperçut au loin la forme fantomatique de John. Elle se cacha rapidement le long d’une paroi avant de s’enfuir dans l’autre sens. Elle ne devait pas se faire attraper avant qu’il n’ait purgé toute la drogue. Quoique… Maintenant qu’elle l’avait bien entraîné et perdu dans ce labyrinthe, elle pouvait très bien le retrouver. Elle se laissa guider par les bruits de pas. Elle jeta un rapide coup d’œil à sa montre. Dix minutes environ. Les heures de prise de l’Andragorium étaient connues de tous. Elle vit l’ombre se détacher et venir vers elle. Elle était dans un cul-de-sac et ne pouvait reculer. Elle s’était volontairement placé à cet endroit.

    Alors, John ? Vas-tu m’arrêter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Sam 7 Jan - 12:06

La peur, l’excitation… C’est beau de vivre pour des tels sentiments ! Quant à la liberté de choisir, il n’avait qu’une seule chose à répondre.

« Il faut mettre des limites au choix humain. S’il n’y a aucune loi, si l’être humain était réellement libre de faire ce qu’il veut, ça serait la totale anarchie. »

Leur obliger de prendre l’Andragorium n’était qu’une autre règle, un peu comme rouler à gauche, ou encore de ne pas tuer. L’Andragorium avait ses failles, mais en générale c’était une bonne chose, il y croyait vraiment. Et Helen pourrait tenter par mille moyen de le faire changer d’idées, elle n’y arriverait pas. Par la suite, la rebelle recherchée prit la fuite, et John la poursuivait jusqu’à dans les catacombes. Suivant son instinct, écoutant le moindre bruit, mais surtout faisant attention à la structure des murs. Le tremblement de terre avait fait beaucoup de dégât. Et la dernière chose qu’il voulait s’était se retrouver coincée dans ces catacombes. La conversation continuait, même si ils ne se trouvaient plus face à face. Aimer ? Un bref rire s’échappait de ses lèvres.

« Peut-être… mais qui te dis que je veux aimer ? »

Oui, ca servait à quoi d’aimer ? Elle pouvait lui sortir les plus grands poètes qui voulaient tous mourir pour l’amour. Lui disait non merci, sans façon à l’amour et à tous les sentiments en général. Même si là, il sentait l’heure arriver de sa dose. Mais pas de chance pour lui, il n’en avait plus. Cassé, brisé… Il semblait qu’Helen adorait briser les choses. Et peut-être pas uniquement des objets. Finalement l’Andragorium qui commençait à s’estomper, Helen qui se retrouvait à quelques mètres de lui. Dans un cul sac, elle ne pouvait plus s’échapper. S’approchant d’elle, la fixant du regard.

“Tu penses que je ne suis pas capable de t’arrêter sans l’Andragorium ? »

Est-ce qu’il en était capable ? Surement… Il le devait bien. Même si il éprouvait des étranges sentiments, sentiments qu’il ne devrait pas ressentir pour une telle femme…. Mais il n’allait pas faillir à son devoir, si ? Il s’approchait de plus en plus d’elle, jusqu’à s’arrêter quelques centimètres devant elle. Son cœur battait fort, lui qui d’habitude ne connaissait rien d’autre que l’adrénaline, ici c’était quelque chose d’autre qui était à l’œuvre.

« Pourquoi…. Pourquoi tiens tu tant à me mettre dans cet état ? »

Il plongeait son regard dans le sien. Il essayait de contrôler ses foutus sentiments. La tête est plus fort que le cœur, non ? Du moins c’était ce qu’il comptait prouver.

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Sam 7 Jan - 15:33

    Les souterrains étaient fragiles, Helen le savait. Ils jouaient leur vie en se ruant dans ses tunnels peu consolidés et mis à mal par le tremblement de terre. Helen n’avait jamais été trouillarde. Elle s’en fichait, voyait cela comme un jeu. Un jeu contre la drogue. Un chemin initiatique pour John qui finirait peut-être par voir qu’aimer n’était pas un mal. Elle ne voulait qu’une chose. Une petite chose fragile, peut-être un peu folle. Pouvoir l’aimer. Qu’ils s’aiment en secret était tout à fait possible, selon elle. Des rendez-vous secrets n’étaient pas si difficiles à organiser. Elle était connue chez les rebelles pour partir seule en ronde, personne ne s’inquiéterait si elle ne s’éternisait pas. Tout comme John, chef du Doigt, était sensé mené des investigations seul. Pourquoi ne pouvait-il pas essayer ? Ne pas prendre l’Andragorium pendant les quelques heures qu’ils partageraient ? Lorsqu’elle lui avait dit qu’il savait aimer, il avait pouffé de rire. Un rire qui s’était douloureusement répandu dans le labyrinthe. Il avait alors demandé qui lui disait qu’il voulait aimer. Helen avait hésité un moment avant de répondre :

    Mon cœur me le dit. Et mes souvenirs.

    Elle n’avait pas été plus précise que cela. Cela ne servait à rien tant que l’Andragorium coulait dans les veines du jeune homme. Le temps était son allié, elle devait l’entraîner toujours plus loin, toujours fuir, jusqu’à ce qu’il lui revienne. Jusqu’à ce que le John qu’elle aimait tant soit de nouveau avec elle. Elle savait que ce moment viendrait. Il était bien trop têtu pour abandonner et ressortir du souterrain, quand bien même il retrouverait la sortie par lui-même. La voix de John avait résonné et elle avait reconnu les maigres accents du manque de drogue. Elle s’était donc dirigée volontairement dans un cul-de-sac, lui laissant l’illusion qu’il l’avait retrouvée et attrapée. Elle ne voulait pas lui mettre la puce à l’oreille, les sentiments reviendraient d’eux-mêmes, elle ne voulait pas les provoquer. Pure folie. Sa simple présence devait suffire à les provoquer, comme celle de John agissant sur elle.

    Il arrivait dans le cul-de-sac tandis qu’Helen se retournait pour lui faire face. Elle soupira et ne le quitta pas des yeux. Une expression moins neutre se voyait déjà sur son visage. Encore quelques minutes et John serait là. Il s’avançait vers elle et Helen tentait de calmer les battements effrénés de son cœur. Cela faisait des mois qu’elle ne l’avait pas vu et elle attendait ce moment avec une impatience mal contenue. Il s’arrêta et lui demanda si elle le croyait incapable de l’arrêter sans Andragorium. Elle sourit.

    Je l’ignore. C’est à toi de me le dire, John.

    Lui dire qu’il en était incapable ne ferait que l’énerver. Et elle ne voulait pas cela. Ils étaient seuls, dans un endroit où nul ne viendrait les chercher et la drogue n’avait plus d’effet sur lui. Alors provoquer sa colère n’était absolument pas ce qu’elle souhaitait. Il continuait de s’approcher d’elle et s’arrêta à quelques millimètres. La distance était intolérable pour Helen mais elle se contraint à rester immobile alors que tout son être lui criait de se coller à lui. Il plongea son regard dans celui de la rebelle. Il pouvait y lire quoi ? De la tendresse certainement. Une forme de tristesse aussi. La question de John brisa le doux silence entre eux. Elle baissa la tête, quittant son regard pour murmurer :

    Parce que j’aime quand tu es avec moi. Parce que j’ai besoin de ta tendresse. C’est complètement fou, c’est ridicule, je le sais bien. Mais… J’ai besoin de toi…

    La violence de ses sentiments lui serrait la gorge et sa voix s’éteignit. Des larmes perlaient au coin de ses yeux. Tout était si injuste… Elle se maîtrisait pour ne pas les laisser couler mais cela ne tenait qu’à un fil…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Sam 7 Jan - 16:41

Aimer… Et bien elle se trompait. Il ne voulait pas aimer, il ne voulait pas ressentir de la colère, de la tristesse, ou encore du bonheur. Peu de gens le savent mais les membres de la tête ne prennent pas l’Andragorium… A part bien sûr John, qui était l’exception. Il pourrait décider de faire comme les autres, de le demander à Drake, et de ne pas le prendre. Mais pourquoi est-ce qu’il ferait ça ? Dès qu’il ne prenait pas l’Andragorium il attrapait des maux de têtes, et il ne trouvait plus aucun repos. Sans parler qu’il croyait de tout son être que l’Andragorium avait du bon. Finalement il se retrouvait face à elle, à nouveau, et il sentait l’Andragorium perdait puissance. Il ne répondit pas, mais la questionnait. Elle fuyait son regard. Est-ce une tactique pour l’amadouer ? Possible. Mais il avait du mal à la percer à jour. Il tentait trop de contrôler ses envies, ses sentiments, voulant rester maitre de lui-même, coute que coute. Et s’il écoutait qu’à moitié, les dernières paroles d’Helen restaient flotter dans son cerveau. Besoin de lui. Est-ce qu’elle se foutait de lui ? Ils étaient ennemis ! John reculait de quelques pas, lui tournant le dos, avant de passer sa main sur son front, fermant les yeux un bref instant. Finalement il se retournait vers Helen.

« T’es conscient que tout ce que tu dis… Ce que tu souhaites… Cela ne peut jamais devenir réalité ? »

Contradictoires, oui, ils étaient tout le contraire l’un de l’autre. Le blanc, le noir, le yin et le yang, celui qui ne veut pas ressentir, celle qui a besoin de ressentir pour vivre… tout le contraire… Et pourquoi y avait-il alors une aussi grande attirance. Comme si on le poussait vers elle. Il sentait qu’il commençait à perdre le contrôle sur lui-même. Cherchant de l’appuie sur un des murs, il fermait un bref instant les yeux, à nouveau. Foutu migraine… Il aurait bien voulu frapper dans quelque chose. Dès qu’il était avec elle, il perdit contrôle, il ressentait. Et dès qu’il ressentait, il y avait ces maux de tête qui faisaient leur apparition.

« Si réellement tu tenais à moi… Tu me laisserais tranquille, Helen. Ta vie, ma vie… Il n’y aurait jamais de nous. Pas dans cette vie, pas dans ce monde. Et tu le sais très bien. Et me faire ressentir ne t’aide pas. Et m’aide encore moins ! »

Pourquoi avait-il besoin de sentir son parfum, pourquoi est-ce qu’il craignait le jour ou elle allait passer sous les mains de Drake et qu’il ne pourrait rien faire pour l’aider ? Déposant sa tête contre le mur, il gardait les yeux fermés. Tentant de contrôler le moindre sentiment, la moindre pensée… Mais c’était presqu’impossible… Non c’était impossible… il lui fallait une dose. Et vite. Car là il commencait à ressentir de la douleur, douleur d'une séparation, douleur de lui faire du mal. *Bordel, c'est une rebelle et tu ressens de la peine parce que tu lui fais souffrir?!* Ah super... La voix de la raison... Comme ci il n'avait pas encore assez de problèmes. Voila que sans l'Andragorium, une petite voix commence à vous parler... De mieux en mieux!

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Sam 7 Jan - 17:02

    Helen tentait tant bien que mal de contrôler les battements éperdus de son cœur, de respirer à fond et de brider ses sentiments. Contrairement à ce que pensait peut-être John, elle était rarement comme ça, voire jamais. Elle ressentait, bien sûr, mais elle maîtrisait parfaitement ses sentiments. Il n’y avait qu’avec lui où elle n’y parvenait pas. Et cela la mettait souvent en rage. La douceur de ses sentiments vis-à-vis d’un ennemi. Ce n’était pas normal. Elle le savait. John le savait. Tout le monde le savait. Mais alors, pourquoi espérait-elle ? Pourquoi avait-elle ce fol espoir que, sans l’emprise de cette fichue drogue, John pourrait trouver possible de l’aimer ? Bien sûr, elle ignorait que les membres de la Tête se privaient allégrement d’Andragorium. Elle ne pouvait pas le savoir. Mais si elle l’avait su, elle lui aurait hurlé de faire ce choix. Elle n’y pouvait rien. Ses sentiments étaient là et elle n’arrivait pas à les étouffer. Elle avait baissé les yeux, refusant de le laisser voir ses larmes. Elle voyait bien que, petit à petit, la drogue le laissait. Mais il faudrait encore quelques minutes. Il reculait, semblant souffrir le martyre. Helen l’observait avec peine. Elle était déchirée entre des désirs contradictoires. Et puis cette phrase lancée, comme un dernier sursaut de l’Andragorium refusant d’abandonner son hôte. Il n’y aurait jamais de nous. Le coup de grâce. Elle sentit ses lèvres trembler malgré elle et les larmes coulèrent le long de ses joues. La rage de l’injustice la fit répondre.

    Tout est possible ! Je ne te demande pas de rejoindre la Résistance. Je ne cherche pas à te convaincre. Tu penses que la haine engendre la guerre et que c’est mal ? Libre à toi ! Mais l’amour, tu peux le ressentir, pendant quelques temps. Qu’est-ce que ça change pour toi ? Le jour où tu me perdras, ta foutue drogue t’empêchera d’en être peiné ! Est-ce que je ne te propose pas le meilleur en enlevant le pire ? Toi, tu n’as rien à perdre !

    Elle voulait tant qu’il leur laisse une chance, une maigre chance. C’est tout ce qu’elle espérait, tout ce qu’elle voulait. Rien de plus. John tituba et s’appuya sur le mur, se frottant la tête. Des migraines ? C’était un des effets secondaires connus de ceux qui arrêtaient de prendre leur dose. Il enfonça le couteau dans la plaie, insistant qu’il n’y aurait jamais de vie ensemble. Que lui faire ressentir des émotions ne changerait rien. Helen sentit son cœur se serrer.

    As-tu peur autant d’essayer ? Qu’as-tu à perdre ? Si on nous surprend, tu pourras toujours dire que je suis la responsable.

    John était toujours immobile, la tête contre le mur. Helen sentait le poids de la culpabilité. Oui, elle avait souvent pensé le laisser tranquille, si c’était ce qu’il souhaitait. Ne pas penser à elle, à ses sentiments, mais à ce qui était de meilleur pour lui. Elle s’approcha de lui, posant doucement la main sur son épaule, et murmurant :

    J’ai résisté mille fois à la tentation de te parler. Je t’ai suivi dans les rues pendant des mois après notre nuit passée ensemble, sans oser t’approcher. Et si j’ai pensé que je pourrais te faire du bien, c’est après nombre de réflexions.

    Elle lui redressa avec douceur la tête, plantant son regard dans le sien, ses lèvres à quelques millimètres seulement des siennes.

    Si tu ne tiens pas à moi, pourquoi as-tu autant envie de m’embrasser, John ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Sam 7 Jan - 18:39

De la trahison, elle lui parlait de la trahison comme ci ce n’était rien. Il secouait la tête. L’idée de se voir en cachette, de partager un semblant de vie, était tentant, mais il s’y refusait.

« Je ne le trahirais pas. Et surtout pas d’une telle manière. Peut-être que ta perte ne me toucherais pas, mais cela ne voudrait pas dire que les souvenirs de nous partirons de mon esprit et ne me hanterait pas. Non, je refuse. »

Vivre une histoire secrète, bon sang, non c’était impossible. Il y avait bien trop de choses à perdre et pas uniquement sa vie. Mais également la vie de tous ceux à qui il tenait. Car oui, John connaissait bien Drake. Si jamais quelqu’un le trahissait, il faisait souffrir tous ceux à qui la personne tenait. Et dans le cas de John, ca serait surement Séverine. Séverine, sa petite protégée depuis toujours, celle pour qui il mettrait sa main dans le feu. Et la seule raison qui pourrait le pousser à se lever contre Drake. Oui, si jamais Drake touchait un cheveu de Séverine, John risquait bien de se ranger contre lui. Mais la relation qu’il entrainait avec cette jeune femme restait discrète, et peu de gens se rendaient réellement compte de l’affection qu’il pouvait porter dans le cœur pour cette jeune femme. Même avec l’Andragorium il y avait un lien qui les unissait. Elle le comprenait, elle était comme lui, accro à l’Andragorium. Et elle lui était fidèle, pas à Drake, mais à lui. La seule en qui il avait pleinement confiance.

« J’ai malheureusement tout à perdre… Et ne penses pas que je parle de ma propre tête. Je m’en fous bien de mourir. »

Elle s’approchait de lui, il ne bougeait pas. Gardant les yeux toujours fermés. Ce n’est que lorsqu’il l’obligea à bouger sa tête, qu’il les ouvrait pour la faire face. Doucement il passait sa main sur le visage d’Helen.

« Je tiens à toi, Helen. »

Il lui caressait la peau du bout de son pouce, mais ne fit aucun geste pour l’embrasser, même si il en mourrait d’envie. Oui, il tenait à elle. Il ne pouvait plus le nier, les sentiments étaient trop forts. Et si jamais elle se faisait capturer… oui, cette idée le faisait souffrir. Et c’était pour cela que leur relation ne devait pas être. Au plus qu’ils partageaient des moments ensemble, au plus de risque, au plus d’attachement et surtout au plus de douleur à la fin de tout ça.

« Mais je ne peux pas faire ce que tu me demandes… je peux t’aimer… encore pour une nuit, une soirée…mais je ne veux pas abandonner l’Andragorium…. Je ne saurais pas vivre sans. »

Vérité ou mensonge ? A vrai dire, il ne le savait pas lui-même. Longtemps il avait vécu avec l’Andragorium et il y avait une raison, outre que ses raisons morales de prendre ce médicament.

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Sam 7 Jan - 21:15

    Il avait refusé mais Helen ne perdait pas espoir. C’était quelque chose de tout sauf d’anodin, ce qu’elle lui demandait. Il n’était pas étonnant qu’il refuse. Elle devait le convaincre. Ce qu’ils vivaient était dangereux, et alors ? Elle avait toujours aimé le danger, ce n’était pas prêt de changer. Elle avait noté la légère hésitation avant sa réponse. Preuve qu’il était quand même tenté. Helen ne déposerait donc pas les armes et continuerait de le titiller, jusqu’à ce qu’il se laisse aller à ce qu’il souhaitait vraiment.

    Nous avons déjà atteint un point de non-retour, John. Oses me dire que les souvenirs de cette nuit passée ensemble ne te hantent pas déjà ?

    John devait lui cacher d’autres choses, il avait peut-être d’autres raisons de ne pas vouloir d’une relation avec elle. Justement, il lança qu’il avait tout à perdre et qu’il ne parlait pas de sa propre tête. Helen haussa les sourcils. Elle n’aurait pas pensé que John pouvait être attaché à ce point à quelqu’un. Pensait-il à Drake ? Peut-être. Elle aurait aimé lui dire que le Commandeur n’hésiterait pas une seconde à le sacrifier si cela pouvait lui permettre de conserver le pouvoir. Qu’il se faisait leurrer en beauté. Mais rien n’y faisait. Cela ne servirait à rien. Son amitié pour Drake le rendait aveugle. Il devait y avoir quelque chose de puissant qui les unissait, John étant sans doute redevable de quelque manière à Drake. Elle s’était rapprochée de lui, touchée par sa faiblesse. Elle avait lentement posée sa main sur son épaule et avait constaté avec plaisir qu’il ne la repoussait pas. Il acceptait le contact. Le cœur d’Helen battit plus fort lorsque Drake se redressa, l’observant.

    Lentement, la main du jeune homme s’avança vers elle, caressant les traits de son visage avec douceur. Helen en aurait pleuré de joie. Elle se sentait tellement bien avec lui, quand il était comme ça. Elle aurait donné n’importe quoi pour continuer à vivre ses instants si précieux… La voix de John la toucha. Il tenait à elle. Elle ferma les yeux, baissant la tête et se mordant la lèvre.

    Je tiens aussi à toi, John. Je ne fais pas tout ça par duperie, ou pour t’emmener du côté des Résistants, crois-le. C’est juste toi qui m’intéresse. Je n’arrive pas à me passer de toi… J’ai essayé pourtant. Crois-moi. J’ai essayé…

    Elle finit par se taire, craignant d’en dire trop. Elle n’avait pas prononcé les mots fatidiques, à savoir qu’elle l’aimait. Elle n’osait pas. Le pouce de John continuait d’effleurer ses joues, arrachant des frissons à la jeune femme. Elle s’avança encore, proche, si proche de lui. Il continua de lui murmurer qu’il ne pouvait pas faire ce qu’elle lui demandait. Helen lui prit la main et la serra doucement, avec tendresse.

    Je t’en prie, écoute-moi. Fais-moi confiance, pour une fois. Essayons seulement ! Si tu n’y trouves pas ton compte, nous arrêterons, je te le promets. Je ne te demanderai aucune explication.

    Elle le regarda un moment puis, doucement, cueilla ses lèvres entre les siennes pendant une fraction de seconde avant de relâcher son étreinte. La balle était dans son camp. C’était à lui de décider ce qu’il voulait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Dim 8 Jan - 10:45

Les souvenirs de leurs moments passés. Bien sûr… oui, il y pensait, souvent. Trop souvent. Il s’était comporté trop de fois comme un débile, comme un traitre, allant contre tout ce qu’il pensait. Et en ce moment il risquait de faire encore cette même bêtise. Il ne répondit pas. Son silence devait déjà le trahir assez, pas besoin d’y ajouter des paroles, pas maintenant qu’elle pouvait facilement lire en lui, qu’elle pouvait facilement voir quand il lui mentait. Elle s’était approchée de lui, et il caressait doucement les traits de son visage. Non, il ne pourrait pas. Il ne devait pas, et pourtant il en mourrait d’envie. Un faible sourire se dessinait sur ses lèvres.

« Pourtant tu connais si peu de choses sur moi… »

Elle ne s’intéressait qu’à lui, à la seule personne qu’elle ne pourrait jamais avoir. La seule personne à qui elle ne devait pas s’intéresser. Non, il ne pouvait pas faire ce qu’elle demandait. Il avait besoin de l’Andragorium, plus qu’elle ne pouvait se l’imaginer. Son regard s’attardait sur la main d’Helen qui tendrement avait pris la sienne entre ses mains. Il secouait la tête.

« Je ne peux pas, Helen. »

Sentent un bref instant les lèvres de la jeune femme, John eut du mal à ne pas s’approcher d’elle. De la pousser vers lui, de l’embrasser sauvagement. Il la fixait du regard. Mais c’était trop fort, il ne pouvait pas lutter éternellement. Sa main glissait de la joue de la jeune femme vers la nuque, avant qu’il la tire doucement vers lui, pour l’embrasser. Il prolongeait ses baisers, comme ci le fait de la tenir, le fait de l’embrasser lui était devenu vitale. Et peut-être en ce moment c’était un peu le cas. Sa main gauche caressait doucement la nuque de la jeune femme, alors que son autre main descendit doucement, pour s’attarder sur les hanches de la rebelle. Détachant ses lèvres un bref instant des siennes, il fixait son regard dans le sien et tout à coup, il ressentit une douleur au niveau de la poitrine, un vieux souvenir s’était ouvert. Le souffle coupé, il recula de quelques pas. Et voilà la raison pourquoi il se devait de prendre l’Andragorium. Son dos contre le mur, il fermait les yeux.
La guerre l’avait effacé pas mal de ses souvenirs, mais des voix, des cris, la douleur, la perte… était difficile à supporter, surtout lorsqu’on ne comprenait pas d’où venait une telle douleur. C’était la raison pourquoi John avait pris l’Andragorium et pourquoi il en était à vrai dire un peu accro. Sans l’Andragorium, il n’était que l’ombre de lui-même. Hanté par des souvenirs qui ne sont même pas entiers. Et en embrassant Helen, sans l’Andragorium, quelque chose était remonté à la surface.

« J’ai été marié… »

C’était qu’un murmure, un fait qu’il venait de comprendre, de se souvenir. Il en avait oublié la présence. Et ce n’est que lorsqu’elle bougeait, qu’il se rendit compte qu’Helen était là.

« Je.. J’ai des trous de mémoires suite à une blessure pendant la guerre… Je ne me souviens pas de… grand-chose. »

Pourquoi est-ce qu’il tentait de lui expliquer ? Ce n’était pas ses affaires. Et pourtant il avait l’impression de lui devoir des explications. Même si son cerveau lui disait de ne pas trop en dire, que c’était dangereux de se dévoiler ainsi.

« Certains gens trouvent du réconfort dans l’Andragorium, malgré ce que tu peux penser. Après la guerre, avant l’Andragorium…. Je ne dormais pas, j’étais hanté par un chagrin que je n’arrivais pas à placer. Au plus que je tentais de me souvenir, au plus que je souffrais. L’Andragorium m’a été d’une grande aide. »

Et il craignait que cette douleur revienne. Sans l’Andragorium, il risquait encore devenir cet homme détruit par un chagrin qu’il ne comprend pas. Ainsi il avait donc été marié… est-ce qu’elle était morte ? Est-ce que le chagrin venait de là ? Non… Quelque chose lui disait que c’était pire que ca. Mais il n’essayait pas de se souvenir. Il ne voulait pas. Tenter de se souvenir, allait lui causer plus de douleur.

« Ce que tu me demandes…de ne plus prendre l’Andragorium, pour être avec toi… Autant me tuer immédiatement. »

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Dim 8 Jan - 11:19

    Helen voyait pertinemment que John souffrait. Et cela lui faisait mal. Il avait peut-être raison, après tout. Elle était égoïste, elle ne pensait qu’à elle et ce qu’elle voulait obtenir de lui. Peut-être la meilleure preuve de son amour pour lui était-elle de le laisser tranquille. Le silence du jeune homme en disait bien plus long que ses mots. La douceur qui se dégageait de lui était intolérable pour Helen, tellement tendre, tellement passionnée… Elle sentait son cœur se déchirer. Comme la vie était injuste. Elle en voulait à Drake en cet instant. S’il n’avait pas pris John sous sa coupe, ils auraient été ensemble. Et si sa fidélité n’existait pas, John l’aurait certainement rejoint. Il continuait de caresser doucement ses joues et Helen l’observait sans mot dire. Finalement, il eut un sourire sans joie. Elle hocha la tête à sa remarque.

    Oui, c’est vrai. Je ne demande qu’à apprendre… Je n’ose pas te questionner sur ton passé mais si tu veux bien m’en parler…

    Elle lui adressa un sourire encourageant. Elle ne pensait pas du tout que cela pourrait servir la Résistance. En ce moment, elle n’en avait cure. Elle n’était qu’une femme. Une femme amoureuse. Elle avait pris sa main, l’avait encore exhorté à leur laisser une chance. Mais John avait simplement secoué la tête. Il ne pouvait pas, disait-il. Helen posa sa main sur sa joue.

    Je suis sûre que tu peux.

    Sa conviction était inébranlable. Après le baiser qu’elle lui avait donné, John l’avait observé, hagard, semblant lutter contre l’envie de se rapprocher d’elle. Cela n’avait duré que quelques secondes avant qu’il ne s’approche à son tour, ne pose sa main sur sa nuque et s’empare de ses lèvres. Dieu que c’était bon. Helen ferma les yeux et se laissa emporter par la passion désespérée de cette étreinte. Elle l’aimait. Oui. Chaque geste, chaque contact ne le lui confirmait que davantage. La main de John glissait sur sa hanche, déclenchant un feu brûlant dans le corps de la rebelle et ravivant des souvenirs de cette nuit passée ensemble. Le baiser était sensuel, brûlant, la langue d’Helen cherchant sa consoeur et s’unissant à elle dans un ballet érotique. Soudain, ils s’écartèrent l’un de l’autre et la sensation de perte naquit dans le cœur de la jeune femme. Elle ne voulait pas qu’il parte. Elle voulait rester avec lui cette nuit. Cette trop courte nuit. Alors qu’il l’observait longuement, John recula soudainement, comme atteint au cœur. Helen, inquiète, se rapprocha, n’osant le toucher, se demandant ce qu’il avait. Il s’était mis dos au mur et avait fermé les yeux, respirant profondément. Se sentait-il mal ? Etaient-ce les effets du manque de drogue ? Soudain, la voix de John résonna dans le souterrain. Il avait été marié. Helen resta sans voix. Ce n’était pas une information pour elle. Le ton de voix de John semblait montrer qu’il venait de s’en souvenir. Et soudain, elle comprit. Il n’y avait pas que la fidélité à Drake qui le poussait à prendre l’Andragorium. C’était un choix personnel. Un choix pour échapper certainement à la mort de son épouse. John murmura qu’il avait des trous de mémoire depuis la guerre. Helen se rapprocha et posa sa main sur son bras, avec douceur.

    Je comprends. Ca ne doit pas être facile.

    Elle était touchée qu’il se confie à elle. L’absence de drogue le rendait moins méfiant. Il expliqua ensuite l’effet de l’Andragorium, l’aide que la drogue lui avait procuré. Elle hocha la tête.

    Je vois. Je ne pensais pas que cela pouvait être un refuge. Je suis sûre que tu peux vaincre tes démons, John. Je suis sûre que je peux t’y aider.

    Elle posa ses deux mains sur les joues du jeune homme, pour ensuite poser son front contre le sien. Elle finit par attirer sa tête contre sa poitrine, comme on consolerait un enfant qui a fait un cauchemar. Elle embrassa ses cheveux, les caressant doucement, l’apaisant. Elle murmura alors :

    Je t’aime, John. Je veux t’aider. Aie confiance en moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Dim 8 Jan - 20:27

Un refuge. Oui, l’Andragorium était un refuge. Il la fixait un bref instant. Quoi, elle qui était contre ce médicament se rendait soudainement compte que ce n’était peut-être pas si mauvais que ça ? Vaincre ses démons… elle semblait être si sure d’elle. Lui, par contre ne l’était pas du tout. C’était une chose de vaincre un ennemi visible. Ici non seulement c’était un mal invisible, mais également un mal inconnu.

« Je ne vois pas comment tu pourrais… J’ai beau avoir scruté le moindre de mes souvenirs, je me rappelle presque rien… J’ai fait plein de recherches, à part la date de naissance, le métier de soldat… John O’Brian reste un inconnu. »

Il ria brièvement suite à ses paroles. Oui, sa propre personne lui restait inconnue, n’est-ce pas ironique tout ça ? Fixant Helen… Je t’aime des mots qui étaient diminué de tout sens… Du moins cela l’aurait été il y a encore une heure… Maintenant c’était différent. Son cerveau criait qu’elle était stupide de se dévoiler ainsi, mais son cœur lui était heureux qu’elle l’ait fait. Il se laissait faire, comme un gamin dans les bras de sa mère. C’était apaisant réconfortant, mais une petite voix n’arrêtait pas de lui rappeler que tôt ou tard tout cela allait mal se terminer. Qu’elle était son ennemie… Comment est-ce qu’il pourrait lui faire confiance. D’ailleurs est-ce qu’il y avait quelqu’un dans ce monde à qui il faisait confiance ? Mmm oui, bien sûr, il y avait quelques personnes dans qui il avait une confiance aveugle, dans les mains de qui il mettrait volontiers sa vie. Mais elle ? Même si il le voulait, il ne pouvait pas lui faire confiance.

« Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je te ferais confiance ? Parce que tu m’aimes ? «

Amour, c’était nouveau pour lui, et d’un côté, s’il avait été marié, c’était qu’il… avait déjà connu ce sentiment dans le passé. Mais l’amour… était-elle vraiment une raison pourquoi on pouvait faire confiance aux autres ? Non. Surtout pas lorsqu’ils avaient tous les deux des missions bien différentes. Elle voulait la mort de Drake, lui il donnerait sa vie pour sauver Drake. Lui, il voulait tuer Smith, elle donnerait sa vie pour celle de Smith… Tous les condamnaient. Un jour, l’affrontement arrivera, et alors… Qu’est-ce qui se passerait ? Peut-être qu’il se tracassait pour rien. Mais sans l’Andragorium des telles pensées l’inquiétaient.

« Je suis capable de te tuer, tu sais… avec l’Andragorium… tu devrais te méfier, Helen. »

Il ne voulait pas lui faire peur. Mais entre eux, il préférait que ça soit elle qui lui tire une balle entre les yeux, que lui. Et puis il devait lui faire comprendre qu’elle devait se méfier. Il était un soldat de Drake, elle ne devait pas l’oublier, en aucun instant. Car il tenait à sa vie, et elle devait le comprendre si elle voulait rester en vie.

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Lun 9 Jan - 13:47

    Le temps leur était compté. Elle le savait. Mais elle ne pouvait se résoudre à s’enfuir. Elle en avait pourtant largement la possibilité, John, dans cet état, ne l’arrêterait certainement pas et, avec ses migraines, ne pourrait la suivre bien longtemps. Elle frissonna dans l’air froid. Non, elle ne pouvait pas. Elle n’y arrivait pas, un point c’est tout. Elle voulait rester avec lui. Quand bien même elle devait entendre l’échec cuisant de sa proposition. John était un drogué. Qu’il défende sa drogue n’était donc pas étonnant. Helen cherchait à le comprendre. Il ne connaissait pas son passé. Quoi de plus horrible ? Elle hocha la tête.

    Lorsque nous avions établi notre premier QG, nous avons récupéré des documents d’état major et d’état civil à l’abandon que nous avons conservé. Tu pourras peut-être trouver des informations dedans, qui sait ? Je ne te laisserai pas tomber, John.

    Elle avait murmuré qu’elle l’aimait, se découvrant et montrant ses faiblesses. Mais en cet instant, elle n’avait pas peur de lui. A dire vrai, elle n’avait jamais vraiment eu peur de lui. Elle savait que, sans l’Andragorium, il serait moins cassant, moins enclin à la repousser. D’ailleurs, la lueur qu’elle voyait dans ses yeux prouvait bien qu’elle avait raison. Il semblait interloqué et heureux de son aveu. Elle lui adressa un petit sourire. Elle l’avait alors pris dans ses bras et il s’était laissé faire, comme ayant besoin d’être rassuré et cajolé. Helen savait que John était en proie à des désirs parfaitement contradictoires, qu’il ne devait lui faire absolument pas confiance, bien qu’il en éprouve peut-être l’envie. Elle en souffrait mais trouvait cela parfaitement logique. Un soupir lui échappa. Tout était si compliqué. Quand tout aurait pu être si simple. Pourquoi ne pouvait-il simplement essayé. Il ressentait du plaisir en sa compagnie, du bonheur peut-être éphémère mais bien réel. Alors pourquoi ne pas en profiter ? Les raisons d’être heureux étaient si rares en ces temps troublés. Elle continua de caresser machinalement ses cheveux jusqu’à ce qu’il lui demande pourquoi il lui ferait confiance.

    Oui, aimer est une forme de loyauté, je te rappelle.

    Elle était troublée par ce qu’il lui avait révélé. Marié ? Cela paraissait incompatible avec le John qu’elle connaissait, celui qu’il était devenu avec l’Andragorium. Mais cela la confortait dans son opinion. Il n’avait pas toujours été un être sans cœur, sans attaches. Et s’il avait pu ressentir de l’amour un jour, il pouvait encore, elle en était sûre. Helen savait que c’était dangereux. Qu’un jour, ils se retrouveraient entre Smith et Drake et qu’ils devraient choisir. Le choix était déjà fait. Ni l’un ni l’autre ne changerait de camp. Elle le savait. Cela ne la préoccupait pas. Elle voulait vivre le moment présent, profiter des rares moments partagés avec lui. Elle hocha la tête.

    Je sais que tu es capable de me tuer, John. Je serai prudente, tu as ma parole. Mais je ne peux pas renoncer. Je tiens trop à toi.

    Elle lut une forme de crainte dans les yeux de John. La crainte de la perdre ? Elle sourit et se rapprocha de lui, déposant ses lèvres sur les siennes, s’abreuvent encore et encore de son souffle chaud. Elle glissait ses mains lentement sous ses vêtements, caressant la peau si douce et son cœur commençait à s’accélérer douloureusement. Elle voulait lui appartenir. Elle voulait ressentir à nouveau la quiétude et la douceur de leur première étreinte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Lun 9 Jan - 16:19

Ne pas le laisser tomber… Elle devrait pourtant le faire. Elle ne devrait pas lui dire de le faire confiance ou encore de ne pas le laisser tomber. Elle devait le faire, si elle tenait à sa vie, mais cela ne servait à rien. John parlait dans le vide, car elle ne captait ce qu’elle voulait entendre.

« J’en doute fort… Et honnêtement je ne sais pas si j’ai réellement envie de savoir… Si j’ai oublié, c’est peut-être que c’est mieux ainsi, de ne pas se rappeler. »

Aimer… Une forme de loyauté… Certes…. Mais est-ce que l’amour n’est pas celui qui cause le plus de dégâts ? Après l’amour il y a quoi ? De la tristesse… Et puis il ne fallait pas oublier qui ils étaient. Helen Regan, Ennemie publique numéro 2, lui John O’Brian, responsable du Doigt… Il pouvait la prévenir, elle tentait de le rassurer, mais cela ne servait à rien. Elle ne voulait pas renoncer et tôt ou tard tout cela allait se terminer dans un climax. IL baissait les yeux, il ne voulait pas penser à l’avenir.

Elle glissait ses mains lentement sous ses vêtements, caressant la peau si douce. Un soupir s’échappait des lèvres de John. Rien que sa présence lui était intenable. Sentir les mains d’Helen sur lui. Il ne pouvait pas se laisser aller. C’était dangereux… C’était encore une fois enfreindre toutes les règles qu’il tenait tant à faire respecter. Mais comment y résister. La tentation était là, devant lui et est-ce qu’Oscar Wilde n’avait pas dit que la meilleure façon de résister à la tentation c’est d’y céder ? Il sentait trop bien ou Helen comptait aller. Corps contre corps, le cœur qui commençait à accélérer son rythme, la passion, les hormones, quand tout devient flou et qu’on ne veut plus qu’une seule chose : céder à tout. Ses mains sur son corps lui provoquaient une pléiade de décharges, lui résister devenait un long supplice. Ne pas succomber au plaisir de la chaire et lui tenir tête, étaient plus difficile qu’il ne l’aurait cru. Et si jusqu’à maintenant il avait réussit à ne pas la dévorer du regard, à ne pas lui sauter dessus maintenant il sentait ses propres résistances faiblir. Ses muscles roulaient sous ses épaules à se contracter comme il le faisait pour ne pas céder… Mais il ne tenait pas longtemps.

Bientôt ses barrières étaient tombées. Et il n’était plus qu’un homme … Un homme qui la désirait… Elle et elle seule. Cinq ans qu’il prenait l’Andragorium, cinq ans qu’il n’avait pas eu du mal à contrôler ses sentiments, parce qu’ils existaient tout bonnement plus. Mais depuis Helen… depuis il s’était rendu compte que de contrôler ses sentiments demandaient beaucoup de force, beaucoup plus qu’il ne l’aurait cru. Et lui… Novice en tout ca, avait du mal. Avait du mal à gérer tout ca… Alors comment ne pas se laisser aller sous les caresses magiques de la rebelle ? Il ne pouvait tout bonnement pas. Doucement ses mains passaient sur les hanches d’Helen, la tirant de plus en plus près. Entre eux deux, ca devrait elle être la plus maligne et ne pas cèder… Après tout est-ce que ce n’était pas elle, la rebelle, celle qui était censé savoir maitriser ses sentiments ? oui… Mais il semble que même la distance, le fait de ne pas se voir pendant plusieurs semaines n’avaient rien effacés. Pour aucun des deux. Et aujourd’hui ils semblaient reprendre là ou ils avaient laissé leur histoire.

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Ennemie Public Numéro 2 »
avatar

Helen Regan


•• Arrivé(e) le : 29/12/2011
•• Participation : 87
•• Localisation : Dans l'ombre

•• Âge : 29
•• Citation du jour : Sa philosophie de la vie, c'est qu'elle pouvait mourir à chaque instant. Ce qu'il y avait de tragique selon elle, c'est qu'elle ne mourrait pas.


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Lun 9 Jan - 18:51

    Tout semblait n’être qu’un éternel recommencement. Etait-ce si étonnant ? Quand deux êtres sont attirés l’un vers l’autre, au-delà de tout raisonnement et de toute rationalisation, ne sont-ils pas amenés à se retrouver ? Tels deux aimants, irrémédiablement attirés l’un par l’autre. Le temps passait à une vitesse folle et Helen ne devait pas traîner trop longtemps sinon les rebelles finiraient par s’inquiéter et partir à sa recherche. Pour le moment, ça allait, elle avait encore du temps. Si peu en comparaison de ce qu’elle aimerait passer aux côtés de John… Il ne voulait pas se souvenir, lui disait-il. Elle haussa les épaules. C’était à lui de décider naturellement.

    Je ne prétends pas savoir ce qui serait le meilleur pour toi.

    Elle savait qu’elle était perdue. Que ne pas rompre cet attachement, brutalement, d’un coup, comme on retire un pansement, la conduirait à sa perte. Elle s’y ruait de bonne grâce. C’était ridicule mais c’était ainsi. Helen avait passé ses mains sous les vêtements de John, caressant la peau douce, ne se souciant plus de paroles. Ils n’en avaient nullement besoin, tout ayant été dit. Elle observa longuement le visage de cet homme qui la rendait folle, lui faisait faire des choses parfaitement insensées. Un sourire s’était étiré sur son visage et Helen le trouva charmant. Elle parcourait son corps avec délices, redécouvrant des zones qu’elle connaissait, s’attardant sur son ventre, remontant le long de ses pectoraux. Helen percevait les frissons de John et cela lui créait des tremblements à elle aussi. Des flots de souvenirs affluaient dans sa mémoire. Elle n’avait pas ressenti cela depuis… Un sacré paquet d’années. Comme cela devait être dur pour John de ne pas souvenir. De chercher les traces éparses de son passé… Il s’était confié à elle. Elle arrêta ses caresses quelques secondes. Elle murmura doucement.

    Ma mère était une avocate brillante, aussi têtue que moi… Elle s’en prit un jour à un magnat de l’armement. Quelques jours plus tard, elle était morte… Mon père ne s’en remit jamais et se replia sur lui-même. Il fut interné lorsque j’avais 10 ans. J’ai toujours voulu être policier pour résoudre le mystère de l’assassinat de ma mère… C’est comme ça que j’ai commencé mes études de droit. Le gouvernement m’avait repéré et je rentrai alors à la CIA…

    Elle ignorait pourquoi elle lui confiait tout ça. Elle finit par se taire, l’observant avec tendresse. Elle laissa ses mains lui retirer sa veste, puis délicatement son t-shirt. Elle se nicha contre son torse, ses lèvres parcourant la peau du cou, des pectoraux, du ventre. Elle collait son corps au sien, attirée sans qu’elle puisse rien n’y faire. Son cœur battait douloureusement et une chaleur coupable irradiait tout son corps. Elle passa ses mains sur les flancs du jeune homme, ses ongles glissant sur la peau. Elle scella ses lèvres d’un baiser fiévreux, passionné, voulant lui transmettre tout ce qu’elle ressentait pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


::Admin:: « Chef du Département "Doigt" »
avatar

John O'Brian


•• Arrivé(e) le : 10/12/2011
•• Participation : 199
•• Localisation : Belfast

•• Âge : 28
•• Citation du jour : Quel est ce sentiment que tu as fait naitre en moi et qui me dégoute au plus haut point.. Ne sais tu pas que de ta vie, un enfer je puis faire ?


MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   Mar 10 Jan - 19:05

Qu’il avait réveillé une partie de son âme, était due au manque d’Andragorium, à un souvenir qui était remonté à la surface et qui jusqu’à présent il n’avait pas réussit à se souvenir. Aujourd’hui –ci, s’était presque gravé dans sa mémoire. Marié… Une femme…. Mais il ne se souvenait pas de son nom, ni de son visage, ni de son parfum, rien… A part le fait qu’il y avait eu, il y a longtemps une Madame O’Brian. Cela lui faisait bizarre… Savoir ca, sans pourtant se souvenir d’elle. Pendant un court instant il avait observé sa propre main, à la recherche d’une alliance, mais rien. Pourtant il aurait du en porter une… Mais non, cela ne lui rappelait rien. Arh ! Stupide mémoire. Pourquoi est-ce qu’il fallait que les souvenirs lui viennent qu’en des fragments cassés, qu’il devait lui-même encore reconstitué ? Mais perdu dans les caresses de la jeune femme, il ne tentait plus de se souvenir quoi ce soit. Au contraire il tentait de profiter du moment présent…

Un peu surprise qu’elle lui parlait de son passé, il se contentait de l’écouter, caressant sans s’en rendre compte le bras de la jeune femme. Il hochait la tête. Oui, il savait qu’elle était une agente de la CIA. Il avait ses recherches, et il avait fait son devoir sur la jeune femme. Mais on ne peut pas trouver tout dans un dossier, ainsi les raisons qui l’avaient poussé dans ce sens, les raisons de vouloir travailler pour la police et par la suite pour la CIA ne figurait pas dans un dossier. C’était donc des nouvelles informations qu’il venait d’apprendre. Il compatissait pour la jeune femme lorsqu’elle parlait de sa mère. *Ah non… Pitié… T’es déjà pas censé avoir de l’affection pour elle, ne commence pas à avoir de la compassion avec une rebelle ! C’est encore pire*

“Et tu as fini par l’avoir… Le type qui a tué ta mère?”

Par la suite, les choses commençaient doucement à prendre leur ampleur. Enlevant la veste de la jeune femme, alors qu’elle s’installait déjà contre son torse, John fermait un bref instant les yeux. Lorsque les lèvres de la jeune femme parcouraient son torse, il ne put que ressentir mille frissons. Un tel sentiment devait être interdit… D’ailleurs cela l’était ! *Mais dans quoi est-ce que tu te lances encore…* Mais le baiser d’Helen faisait taire cette petite voix au fond de lui. Une chaleur envahissait son corps, et il n’avait plus qu’une seule envie. Faire qu’elle soit sienne, la posséder, entièrement complètement. La sentir fibré sous ses caresses. Le temps, le lieu, la situation… Tout était contre eux. Quelqu’un pourrait rentrer et les surprendre, un rebel ou encore un des agents du doigt… mais pensez-vous que John pensait à ces détails, qui tout à coup lui semblaient être d’une futilité ? Non bien sur que non. Il n’avait que des yeux pour Helen.

_________________



    Quel est ce sentiment
    que tu as fait naitre en moi
    et qui me dégoute
    au plus haut point..
    Ne sais tu pas que de ta vie,
    un enfer je puis faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Only Exception {Pv Helen R.}   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Only Exception {Pv Helen R.}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No More Drama ::  :: Le Cimetière-
Sauter vers: